Dégustation du millésime 2018

Lundi matin, premier jour d’une semaine marathon pour les protagonistes de la fameuse Vente aux Enchères des Vins des Hospices de Beaune.

Les dégustateurs se succèdent pour constater une qualité de millésime importante. Anima Vinum et quelques-uns des vignerons estampillés par l’Escargot Vigneron (domaine Chevrot, domaine Jean-Marc Sélèque) ont goûté les 48 cuvées présentées par une Régisseur en forme.

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-35

Durant sept jours, l’activité s’intensifiera autour de 50 cuvées de blancs et rouges Villages, Premiers et Grands Crus réalisées par les équipes de vignerons des Hospices Civils de Beaune sous la direction de la Régisseur, Ludivine Griveau. Il s’agit pour elle de son 4e millésime vinifié, empreint d’une qualité en constante progression, après déjà trois records de vente à son actif. Au-delà de la satisfaction personnelle des équipes devant un travail réalisé avec excellence c’est aussi la reconnaissance du domaine des Hospices de Beaune à travers le monde qui s’étend année après année, dirigé d’une main de maître.

 

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-43

Excellence car les garanties de qualité sont petit à petit toutes réunies. Un énorme travail a été effectué sur le boisé des vins et les qualités de tonneaux. Ludivine Griveau a insisté sur l’importance de la sélection des origines (Forêts de Tronçay, Bertagne et Cîteaux), de la traçabilité impeccable et de l’homogénéité parfaite des douelles utilisées par les tonneliers (trois fournisseurs au total) ainsi que de la chauffe qu’elle a fait modifier cette année.

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-LUDIVINE-GRIVEAU-9Une autre réussite cette année est due à la maîtrise des rendements, malgré une année très fertile, les Hospices de Beaune s’en sortent avec une très belle concentration grâce à des choix faits en amont. Ébourgeonnage sévère, notamment. La structure tannique est très fine, remarquable cette année.

 

Jean-François Vandroux, Anima Vinum : « La qualité de vinification de Ludivine Griveau n’est plus à démontrer et son style s’affirme définitivement : pureté, concentration, énergie et profondeur. 2018 fera partie des millésimes structurés et concentrés, dont le potentiel de garde sera à inscrire dans une fourchette de 7 à 15 ans pour un format 75 cl, et selon appellation bien entendu. »

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-34

 

 

 

 

 

 

 

Hospices de Beaune : retour en photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les yeux qui pétillent, la bouche qui pinote

(ou comment une fine équipe de vignerons champenois a dégusté le millésime 2017 des Hospices de Beaune)

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-2.jpg
De g. à dr. J-F Vandroux (Anima Vinum), Agnès Paquet, Sébastien Rouillaux, Sylvain Pataille, Raphaël Bérèche, J-Y. Devevey, Ludivine Griveau, Alexandre Chartogne, Pierre Grimaldi (Anima Vinum), Jérôme Galeyrand, Arnaud Ente, Frédéric Savart.

Ils se sont regroupés au pied du bâtiment des Hospices de Beaune. C’était l’un de ces matins de novembre où l’on espère que la présentation sera courte parce que les premiers vents froids s’installent. « Ils », ce sont une petite dizaine de vignerons champenois et bourguignons qui font rêver les papilles des connaisseurs au delà de leurs frontières régionales. Bien au-delà. Les revues les plus en vogues aux quatre coins du monde ne tarissent pas d’éloges sur leurs productions, les dégustateurs vibrent à chaque gorgée et les beaux restaurants s’arrachent leurs bouteilles.

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-5
Au centre Alexandre Chartogne (Champagnes Chartogne-Taillet)

Ce matin là, donc, c’est un drôle d’événement qui a lieu. Une sorte de choc des titans, une sortie de la dream team. Dans le désordre, ce sont Raphaël Bérèche (Champagne), Agnès Paquet (Bourgogne), Frédéric Savart (Champagne), Arnaud Ente (Bourgogne), Alexandre Chartogne (Champagne), Sylvain Pataille (Bourgogne), Jean-Yves Devevey (Bourgogne),  et Jérôme Galeyrand (Bourgogne) qui s’apprêtent à franchir la lourde porte de la cuverie des Hospices. Ils sont venus déguster les vins des Hospices de Beaune aux côtés de Ludivine Griveau, régisseur du domaine des Hospices, deux semaines avant la vente aux enchères.

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-4

Les Hospices de Beaune ? Si, si, ils connaissaient, bien sûr, mais pas d’aussi près. Pas la cuverie, pas les installations énormes prévues pour autant de crus dans un seul domaine. Impressionnant.

Un patrimoine viticole de plus de 500 ans, ça vous assied le plus aguerri des vignerons.

C’est d’ailleurs Alexandre Chartogne (élève d’Anselme Selosse et issu d’une longue lignée de faiseurs de champagnes) le plus impressionné à cet égard : « Je connaissais l’aspect ancien des Hospices de Beaune (et son Hôtel Dieu), guidé par la vie monacale des Bénédictins, le respect d’une tradition qui perdure dans le temps. Par contre je découvre ce versant très actuel de l’institution qui se recentre sur son savoir-faire autour des parcelles et la façon de les traduire d’une certaine manière. » Admiratif.

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-7

A l’heure de la dégustation, les vignerons se penchent avec sérieux sur les crus. « C’est rare de pouvoir déguster une quarantaine d’appellations avec un style de vinification unique : le travail est le même, il est effectué par les mêmes personnes. Aucun vigneron ne pourrait faire cela », commente Alexandre Chartogne. « Quand on voit le nom des familles ou des donateurs qui vont perdurer à travers le temps grâce aux Hospices de Beaune… On se dit que ces bouteilles sont, en fait, de vraies statues vivantes… »

Le laboratoire où se déroule la dégustation est calme, Raphaël Bérèche bûche sur les crus, Jérôme Galeyrand touche un mot à Ludivine Griveau, l’assistante de vinification de Ludivine Griveau goûte de son côté le boulot accompli, Frédéric Savart et Arnaud Ente discutent du millésime, Sylvain Pataille et Agnès Paquet font connaissance avec leurs homologues champenois, Jean-Yves Devevey (lire son blog ici) nous donne un premier aperçu après avoir fait le tour des rouges.

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-3

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-8

« Mon impression d’ensemble c’est que le millésime est bien respecté, bien mis en valeur. Le fond de vin est très joli, avec un beau respect du fruit. C’est très constant, très bien maîtrisé. Les vins sont là où ils doivent être : les modestes sont jolis dans leur modestie, les grands sont grands. Il y a une vraie expression des terroirs. » Pour le vigneron de Demigny, c’est une révolution magistrale qui s’opère aux Hospices de Beaune depuis l’arrivée de la première femme régisseur : « C’est ma … hum 32e vente des vins et l’évolution est belle, elle va vraiment dans le bon sens. C’est un pur plaisir, un bonheur, de voir ces terroirs enfin révélés. »

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-9

De son côté, Ludivine Griveau avoue : « Je me suis réconciliée avec les Pommard », à l’unanimité on tombe d’accord. Pour les Champenois aussi, « Le Pommard est un régal… M’enfin, ça manque un peu de gaz, tout cela ! » On ne vous avait pas prévenu, le Champenois est taquin. « Moi j’adore déguster un bon champagne… enfin, dommage qu’il y ait toutes ces bulles… » Et paf. Le Bourguignon ne l’est pas moins. La réponse champenoise est déjà prête : « Non mais… ne rougissez pas, vous faites aussi de très bons crémants… » Et la discussion allant bon train, elle s’enchaîne sur un repas (à l’Auberge du Bord de l’Eau, à Levernois) où l’on se rendit compte du goût et de l’étendue de la culture de la nouvelle génération des faiseurs de champagnes identitaires et nouvelle génération pour les grands vins de Bourgogne ainsi que leurs méthodes de travail. Inspirant.

2017-11-DEGUSTATION-CHAMPAGNE-HDB-MD-1

 

(english version) 2016 vintage : a great catastrophy yet a great surprise

There are twenty days left before the 156th auction of wines of the famous Burgundian institution (20 November in the hall of the Hospices de Beaune).
The gold foliage of harvested vines offers us this wonderful show which gave its name to Côte-d’Or. The harvest in 2016 was vinified and put in the barrels by Ludivine Griveau, stage manager at the Hospices de Beaune since 2015 (click here to read).

Phew … Because damn, THAT was a challenging year !

2016: chaotic weather & cold sweat

2016  hit a whole generation of winemakers. From ancient memory, we had not seen it since 1981. After a particularly mild winter, thousands of hectares of vines have been literally « grilled » by a gel shot, the famous night of April, 27th. Frozen buds have not survived to the warm rays of bright sunshine (magnifying effect) at dawn. Remember, the areas of Chablis vineyards have even sprinkled water to create a shell of ice able to protect the future flowers. Burgundy, the Loire Valley, Champagne were the most affected regions.

The winemakers-growers of the Côte de Beaune appellations with Meursault, Chassagne-Montrachet, Beaune, Pommard, Savigny les Beaune, Chorey Les Beaune, Pernand-Vergelesses (non-exhaustive list) and the Hautes Côtes de Beaune payed a very heavy price for this.
And that was only the beginning …

A burst of hail fell on the Chablis region, Pouilly Fuissé and on several Beaujolais Crus. Nearly 80% of Chiroubles appellations were wiped off the map. Spring and early summer, very wet, were conducive to the development of late blight and mildew. Part of the harvest was, again, lost. In mid-July the wine industry professionals were hopeless.

« The harvest will be small in volume, this year, and if it rains again, there will be nothing to harvest in 2 months! « , some say…

In August, the hot and very dry weather turned the lower leaves to yellow, a sign of suffering from lack of water. We definitely had it all…

And suddenly, a miracle !

Nature is remarkable in the fact that nothing is ever finished.
Few tens of millimeters of water fell in early September, enough for vegetation to grow again,  and the grapes began to swell. The beautiful dry and clear weather returned and saved the vintage. The volumes still remain very low, but the beautiful quality of the harvest gave back a big smile to Burgundy.

 What about the Hospices de Beaune wines ?

Frozen areas are numerous on the field Hospices. The satisfaction will come from a remarkable harvest quality and the Côte de Nuits area, almost completely saved.
The two great absent: the Meursault wines « Goureau » and Savigny 1er cru « Arthur Girard » were completely frozen in April.
Many wines will decrease in terms of volumes, including: Batard-Montrachet and Chablis 1er Cru (1.5 each piece *), Volnay 1er cru-Santenots « Massol » (7 rooms), Meursault « Loppin » (7 rooms), Meursault Poruzots 1 (4 pieces), the list goes on.
A wine is born: Corton great white Cru « Docteur Peste » (3 pieces)

* 1 piece = 228 liters.

In total, 596 pieces will be sold. It’s a bit more than the previous year, but less than a normal year of sale which may count nearly 900 pieces of wine.

Ludivine Griveau’s noze

After a first successful year in 2015 at the head of Hospices de Beaune wineyard, Ludivine Griveau is being expected. She vinified very good wines last year and must confirm its performance of 2015. Being a young vineyard manager is not easy … even less when one is in control of the vineyard of the Hospices de Beaune.

Ludivine Griveau has decided to save the harvest by applying in spring very few synthesis treatments (3) – which are not usually used on the Hospices de Beaune organic vineyards. She payed a tribute to the tenacity and professionalism of the wine-grower who have cultivated plots made very difficult by the weather.

The result is there, and it is beautiful: « The grapes are great, » she said publicly, supported by Jasper Morris, new Master of Wine for Christie’s: « 2016 ? This is a good vintage! I chewed very good grapes, i smelled the tanks: beautiful aromas, floral, fruit.  »

First tasting : the live !

This might interest you more!

We deliver you a first overall impression of the quality of the 2016 vintage at Hospices de Beaune. The next tasting is scheduled. At the end of it, we will tell you our priority vintages.

For now, our tastebuds are seduced by this fruity vintage. Ludivine Griveau well identified out the spirit of 2016 and practiced shorter vinification. A smart choice. The red wines have a beautiful fruit, as we like them with great brilliance and purity.

An other quality of the wines will be the great beauty of mature tannins,  very tight and silky. The « hit » of mouth is simply splendid. The problem of the « volatile » scent is completely solved!

White wines have not yet finished « their sugars »: indigenous yeast seem a little slower this year, no problem, we will wait. Aromatics are free and of high quality, as are the lies that will feed their wine throughout the  ageing.

Ludivine Griveau can feel relieved : her second vintage is impeccably vinified. The wines are very homogeneous : back in 2015 we noticed a record number of « purchasable » wines. In 2016, it will be difficult to eliminate vintages from our list … It confirms the confidence that Antoine Jacquet, Director of the Hospices de Beaune, who died recently, had placed in her (read here).

We give you an appointment by mail next week, after our next tasting and will book the premiere of our selection and a first estimate of the subscription price.

Do not hesitate to come back to us directly if you have any questions about the subscription.