Dégustation du millésime 2018

Lundi matin, premier jour d’une semaine marathon pour les protagonistes de la fameuse Vente aux Enchères des Vins des Hospices de Beaune.

Les dégustateurs se succèdent pour constater une qualité de millésime importante. Anima Vinum et quelques-uns des vignerons estampillés par l’Escargot Vigneron (domaine Chevrot, domaine Jean-Marc Sélèque) ont goûté les 48 cuvées présentées par une Régisseur en forme.

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-35

Durant sept jours, l’activité s’intensifiera autour de 50 cuvées de blancs et rouges Villages, Premiers et Grands Crus réalisées par les équipes de vignerons des Hospices Civils de Beaune sous la direction de la Régisseur, Ludivine Griveau. Il s’agit pour elle de son 4e millésime vinifié, empreint d’une qualité en constante progression, après déjà trois records de vente à son actif. Au-delà de la satisfaction personnelle des équipes devant un travail réalisé avec excellence c’est aussi la reconnaissance du domaine des Hospices de Beaune à travers le monde qui s’étend année après année, dirigé d’une main de maître.

 

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-43

Excellence car les garanties de qualité sont petit à petit toutes réunies. Un énorme travail a été effectué sur le boisé des vins et les qualités de tonneaux. Ludivine Griveau a insisté sur l’importance de la sélection des origines (Forêts de Tronçay, Bertagne et Cîteaux), de la traçabilité impeccable et de l’homogénéité parfaite des douelles utilisées par les tonneliers (trois fournisseurs au total) ainsi que de la chauffe qu’elle a fait modifier cette année.

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-LUDIVINE-GRIVEAU-9Une autre réussite cette année est due à la maîtrise des rendements, malgré une année très fertile, les Hospices de Beaune s’en sortent avec une très belle concentration grâce à des choix faits en amont. Ébourgeonnage sévère, notamment. La structure tannique est très fine, remarquable cette année.

 

Jean-François Vandroux, Anima Vinum : « La qualité de vinification de Ludivine Griveau n’est plus à démontrer et son style s’affirme définitivement : pureté, concentration, énergie et profondeur. 2018 fera partie des millésimes structurés et concentrés, dont le potentiel de garde sera à inscrire dans une fourchette de 7 à 15 ans pour un format 75 cl, et selon appellation bien entendu. »

2018-11-DEGUSTATION-HOSPICES-BEAUNE-34

 

 

 

 

 

 

 

Hospices de Beaune : retour en photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(english version) 2016 vintage : a great catastrophy yet a great surprise

There are twenty days left before the 156th auction of wines of the famous Burgundian institution (20 November in the hall of the Hospices de Beaune).
The gold foliage of harvested vines offers us this wonderful show which gave its name to Côte-d’Or. The harvest in 2016 was vinified and put in the barrels by Ludivine Griveau, stage manager at the Hospices de Beaune since 2015 (click here to read).

Phew … Because damn, THAT was a challenging year !

2016: chaotic weather & cold sweat

2016  hit a whole generation of winemakers. From ancient memory, we had not seen it since 1981. After a particularly mild winter, thousands of hectares of vines have been literally « grilled » by a gel shot, the famous night of April, 27th. Frozen buds have not survived to the warm rays of bright sunshine (magnifying effect) at dawn. Remember, the areas of Chablis vineyards have even sprinkled water to create a shell of ice able to protect the future flowers. Burgundy, the Loire Valley, Champagne were the most affected regions.

The winemakers-growers of the Côte de Beaune appellations with Meursault, Chassagne-Montrachet, Beaune, Pommard, Savigny les Beaune, Chorey Les Beaune, Pernand-Vergelesses (non-exhaustive list) and the Hautes Côtes de Beaune payed a very heavy price for this.
And that was only the beginning …

A burst of hail fell on the Chablis region, Pouilly Fuissé and on several Beaujolais Crus. Nearly 80% of Chiroubles appellations were wiped off the map. Spring and early summer, very wet, were conducive to the development of late blight and mildew. Part of the harvest was, again, lost. In mid-July the wine industry professionals were hopeless.

« The harvest will be small in volume, this year, and if it rains again, there will be nothing to harvest in 2 months! « , some say…

In August, the hot and very dry weather turned the lower leaves to yellow, a sign of suffering from lack of water. We definitely had it all…

And suddenly, a miracle !

Nature is remarkable in the fact that nothing is ever finished.
Few tens of millimeters of water fell in early September, enough for vegetation to grow again,  and the grapes began to swell. The beautiful dry and clear weather returned and saved the vintage. The volumes still remain very low, but the beautiful quality of the harvest gave back a big smile to Burgundy.

 What about the Hospices de Beaune wines ?

Frozen areas are numerous on the field Hospices. The satisfaction will come from a remarkable harvest quality and the Côte de Nuits area, almost completely saved.
The two great absent: the Meursault wines « Goureau » and Savigny 1er cru « Arthur Girard » were completely frozen in April.
Many wines will decrease in terms of volumes, including: Batard-Montrachet and Chablis 1er Cru (1.5 each piece *), Volnay 1er cru-Santenots « Massol » (7 rooms), Meursault « Loppin » (7 rooms), Meursault Poruzots 1 (4 pieces), the list goes on.
A wine is born: Corton great white Cru « Docteur Peste » (3 pieces)

* 1 piece = 228 liters.

In total, 596 pieces will be sold. It’s a bit more than the previous year, but less than a normal year of sale which may count nearly 900 pieces of wine.

Ludivine Griveau’s noze

After a first successful year in 2015 at the head of Hospices de Beaune wineyard, Ludivine Griveau is being expected. She vinified very good wines last year and must confirm its performance of 2015. Being a young vineyard manager is not easy … even less when one is in control of the vineyard of the Hospices de Beaune.

Ludivine Griveau has decided to save the harvest by applying in spring very few synthesis treatments (3) – which are not usually used on the Hospices de Beaune organic vineyards. She payed a tribute to the tenacity and professionalism of the wine-grower who have cultivated plots made very difficult by the weather.

The result is there, and it is beautiful: « The grapes are great, » she said publicly, supported by Jasper Morris, new Master of Wine for Christie’s: « 2016 ? This is a good vintage! I chewed very good grapes, i smelled the tanks: beautiful aromas, floral, fruit.  »

First tasting : the live !

This might interest you more!

We deliver you a first overall impression of the quality of the 2016 vintage at Hospices de Beaune. The next tasting is scheduled. At the end of it, we will tell you our priority vintages.

For now, our tastebuds are seduced by this fruity vintage. Ludivine Griveau well identified out the spirit of 2016 and practiced shorter vinification. A smart choice. The red wines have a beautiful fruit, as we like them with great brilliance and purity.

An other quality of the wines will be the great beauty of mature tannins,  very tight and silky. The « hit » of mouth is simply splendid. The problem of the « volatile » scent is completely solved!

White wines have not yet finished « their sugars »: indigenous yeast seem a little slower this year, no problem, we will wait. Aromatics are free and of high quality, as are the lies that will feed their wine throughout the  ageing.

Ludivine Griveau can feel relieved : her second vintage is impeccably vinified. The wines are very homogeneous : back in 2015 we noticed a record number of « purchasable » wines. In 2016, it will be difficult to eliminate vintages from our list … It confirms the confidence that Antoine Jacquet, Director of the Hospices de Beaune, who died recently, had placed in her (read here).

We give you an appointment by mail next week, after our next tasting and will book the premiere of our selection and a first estimate of the subscription price.

Do not hesitate to come back to us directly if you have any questions about the subscription.

Millésime 2016 : de la catastrophe à la grande surprise

2016 : météo chaotique & sueurs froides

L’année 2016 a frappé toute une génération de vignerons. De mémoire d’anciens, on n’avait pas vu cela depuis 1981. Après un hiver particulièrement doux, des milliers d’hectares de vignes ont été littéralement « grillés » par un coup de gel, la fameuse nuit du 27 avril. Les bourgeons glacés n’ont pas supporté le rayon de soleil vif (effet loupe), à l’aurore. Souvenez-vous, les domaines de Chablis ont même aspergé leurs vignes d’eau pour qu’une coque de glace protège les futures inflorescences. La Bourgogne, la vallée de la Loire, la Champagne sont les régions les plus touchées.

Les vignerons-récoltants de la Côte de Beaune avec les appellations Meursault, Chassagne-Montrachet, Beaune, Pommard, Savigny lès Beaune, Chorey-lès-Beaune, Pernand-Vergelesses, (liste non-exhaustive), ainsi que le secteur des Hautes-Côtes de Beaune paient un très lourd tribut à cette nature parfois impitoyable.
Et ce n’était que le début…

Car des « rafales de grêle » se sont abattues sur la région de Chablis, de Pouilly Fuissé et sur plusieurs crus du Beaujolais. Près de 80% de Chiroubles ont été rayés de la carte. Le printemps et le début de l’été, très pluvieux, ont été propices au développement du mildiou et de l’oïdium. Une partie de la récolte a été, là encore, perdue. A la mi-juillet, les professionnels de la filière viticole avaient tous le moral dans les bottes.

« La récolte sera toute petite en volume, cette année encore et s’il pleut à nouveau, il n’y aura plus rien à récolter dans 2 mois ! » prophétisait-on.

Avec août, c’est un temps chaud et très sec qui s’installe : les feuilles les plus basses sur le ceps jaunissent, signe de la souffrance du manque d’eau de la vigne. On aura décidément tout eu…

Et là, mi-racle !

La nature est remarquable en ceci que rien n’est jamais terminé et nos « anciens » disaient bien que tant que la vendange n’est pas rentrée, rien n’est joué.

Quelques dizaines de millimètres d’eau tombent début septembre, suffisamment pour que la végétation reparte, que les grains de raisins gonflent. Le beau temps sec et clair revient et sauve le millésime. Les volumes resteront bien faibles, mais la très belle qualité de la vendange redonne un large sourire à la Bourgogne.

Et aux Hospices de Beaune ?Les secteurs gelés sont nombreux sur le domaine des Hospices. La grande satisfaction viendra d’une qualité de vendange remarquable et du secteur de la Côte-de-Nuits, presque totalement épargné.

  • Les deux grandes absentes : les cuvées Meursault « Goureau » et Savigny 1er cru « Arthur Girard » ont été totalement gelées en avril.
  • De nombreuses cuvées voient leur volume diminuer, parmi lesquelles : Bâtard-Montrachet et Chablis 1er cru (1,5 pièce* chacune), Volnay-Santenots 1er cru « Massol » (7 pièces), Meursault « Loppin » (7 pièces), Meursault 1er Poruzots (4 pièces), la liste est encore longue.
  • Une cuvée voit le jour : Corton grand Cru blanc « Docteur Peste » (3 pièces)

* 1 pièce = 228 litres.

Au total, 596 pièces seront vendues. C’est un peu plus que l’année précédente, mais beaucoup moins qu’une année normale où la vente peut compter près de 900 pièces de vin.

Le flair de Ludivine Griveau

Après une première année 2015 aux commandes du domaine des Hospices, Ludivine Griveau se sait attendue. Elle a vinifié des très bons vins l’année passée et doit confirmer sa performance de 2015. Etre une jeune régisseur de domaine viticole n’est pas simple, … encore moins quand on est aux manettes du domaine des Hospices de Beaune.

Ludivine Griveau a fait le choix au printemps de sauver la récolte en appliquant de manière très raisonnée des traitements de synthèse – qui ne sont pas utilisés sur les vignes des Hospices de Beaune en temps normal et ne remettent pas en cause le bio comme mode cultural. Elle rend hommage aujourd’hui à la ténacité et au professionnalisme de ses collègues vignerons qui auront cultivé des parcelles rendues très difficiles par la météo.

Le résultat est bien là, et il est beau : « Les raisins rentrés en cuverie sont superbes », a-t-elle déclaré publiquement, appuyée par Jasper Morris, nouveau Master of Wine de Christie’s : « 2016 ? C’est un bon millésime ! J’ai croqué des raisins très bons, senti les cuves : de beaux arômes, floral, du fruit. »

En direct de la première dégustation des cuvées…

Voilà qui vous intéressera peut-être davantage !

Nous vous livrons là une première impression d’ensemble de la qualité du millésime 2016 aux Hospices de Beaune. Une prochaine dégustation est prévue le 8 novembre en présence de Sylvain Pataille et Jérôme Galeyrand, à l’issue de laquelle nous ciblerons les cuvées prioritaires.

Pour l’heure, nos papilles sont séduites par ce millésime tout en fruit. Ludivine Griveau à bien cerné l’esprit de 2016 et a pratiqué des vinifications un tantinet plus courtes. Un choix sage et à notre avis gagnant. Les vins rouges possèdent un très beau fruit, comme nous les aimons avec beaucoup d’éclat et de pureté.

L’autre point fort des cuvées est la grande beauté des tanins : mûrs, leur trame est serrée et très soyeuse. Le « touché » de bouche est simplement splendide. (Les éleveurs devront veiller à conserver cela, malgré le fût neuf, mais cela est un autre sujet sur lequel nous reviendrons plus tard…). Le problème de la « volatile » (récurrent aux Hospices) est complétement résolu !

Les vins blancs n’ont pas encore terminé « leurs sucres » : les levures indigènes semblent un peu plus lentes cette année : pas de problème, nous attendrons. Les aromatiques sont franches et de grande qualité, de même que les lies qui viendront nourrir leur vin durant toute la durée de l’élevage.

Ludivine Griveau peut être tranquille : son second millésime est impeccablement vinifié. Les cuvées sont très homogènes : en 2015 déjà nous avions noté un nombre record de cuvées « achetables ». Avec 2016, il sera difficile d’éliminer des cuvées de la liste… Elle confirme bien la confiance qu’Antoine Jacquet, Directeur des Hospices de Beaune, récemment disparu, avait placé en elle (lire ici).

Le challenge de Ludivine

Novembre, pour Ludivine Griveau, régisseuse des Hospices de Beaune, c’est le mois de tous les frissons, car la vente aux enchères des vins mondialement connue a lieu le troisième dimanche de ce mois humide et frisquet sur la côte de Beaune.

Des frissons, des doutes, il y en a pourtant eu avant la mise en cuve cette année. L’épisode de gel du 27 avril 2016 faisait craindre pour la tenue même de l’événement, car les premiers bourgeons avaient été nombreux à être touchés.

La vigne est résiliente cependant et ce qui s’est avéré être la plus grosse catastrophe climatique sur la vigne par le gel depuis 1981 n’a pas remis en cause la récolte et la mise en cuve. Celle-ci s’est même déroulée sous les meilleurs auspices : « Les raisins sont somptueux », affirmait la régisseuse des Hospices de Beaune lors de la conférence de presse du 26 octobre.

Mais l’aventure continue jusqu’au 20 novembre où battra le cœur de Beaune, un peu plus fort que d’habitude. Et au centre de cette vente ultra-médiatique, il y aura une femme, sur qui tous les regards seront rivés.

« De grands vins pour une grande cause », c’est avec ce slogan que Christie’s fait connaître la vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune dans le monde entier et fait exploser les compteurs depuis plusieurs années.

Et s’il est vrai que 80% des parcelles sont classées en Premier et Grand cru – donc déjà très expressives avec des raisins de qualité, il n’empêche que la tâche de vinification du régisseur est au cœur de la réussite des enchères qui seront reversées aux Hospices Civils de Beaune. Un beau challenge.

Plutôt frêle, mais très tonique, enthousiaste, le regard déterminé, Ludivine Griveau a conquis la direction des Hospices qui a cru en elle pour mener à bien le vin sacré que l’institution vend aux enchères chaque année. Sa jeunesse et sa féminité n’ont, une fois n’est pas coutume, pas été une barrière. Car derrière elle, il y a à la fois un vrai charisme et un professionnalisme incontestables.

« J’ai été formée à cette quête éternelle du toujours faire mieux, viser l’excellence. » Ludivine Griveau n’a pas encore quarante ans et elle a déjà signé un millésime record en termes de ventes. Cette année pour elle, c’est celle de la confirmation.

2016-10-hospices-ludivines-griveau-cuverie-3

 

La vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune en chiffre :

  • 575 pièces à la vente en 2015
  • 11 millions d’euros de vente totalisés en 2015
  • 480 000 euros pour la pièce de charité (2015)
  • 596 pièces à la vente en 2016
  • 2 cuvées absentes (Meursault Goureau et Savigny Premier Cru Arthur Girard)
  • 1 nouvelle cuvée : Corton Grand Cru banc Docteur Peste

Hospices de Beaune : Dans l’ombre des Grands Crus

Anima Vinum est devenu un acheteur majeur de la vente aux enchères des Hospices de Beaune et propose aux particuliers un système de co-achat (en savoir plus ici), une véritable aventure humaine autour des plus beaux vins. L’escargot vigneron suit la production et la vinification de bout en bout et de très près pour mieux connaître les cuvées de l’année à ne surtout pas manquer.

Suivez-nous épisode après épisode.

Il n’y a (vraiment) qu’aux Hospices de Beaune que l’on peut tomber sur ce type de situation. Vincent Paindavoine est un jeune vigneron, il ne possède pas de vignes en propre et pourtant il a la haute responsabilité de 2,5 hectares de grands crus. Lesquels ? Plusieurs appellations parmi lesquelles les Echezeaux, les Mazis-Chambertin et le fameux « Clos de la Roche ». Vous savez, celui qui bat des records lors de la fameuse vente aux enchères des Hospices de Beaune. Le vin le plus cher de l’institution, en somme, devant les Batard-Montrachet et autres Corton Grand Cru !

En Bourgogne, on possède une institution mondialement connue pour ses ventes aux enchères, ce sont les Hospices de Beaune. Son charme ? C’est d’être issue d’une tradition séculaire régionale qui continue à vivre au fil des siècles : d’un côté des dons et legs de vignobles sont faits aux Hospices pour gagner un bout de paradis, de l’autre, les vins produits par l’institution hospitalière sont vendus en primeurs lors d’une vente annuelle extrêmement prestigieuse chaque troisième dimanche de novembre.

 « 100 000 €/ pièce »

 

Peu de vignerons peuvent se targuer de cultiver les vignesd’un tel domaine. Le Clos de la Roche est par exemple un Grand Cru vendu aux enchères autour de 100 000 € par pièce de vin (par fût, soit 228 litres). Un véritable plaisir, « un honneur, même », appuie-t-il, puisque les terroirs les plus prestigieux sont aussi renommés pour produire de bons fruits un peu plus aisément et être à l’origine de très grands vins… Avant lui, sur ces terres, Stéphane Murat, et précédemment, un certain Alain Jeanniard (estampillé Anima Vinum).

Moi, vigneron embauché par un hôpital

dsc_3876

Vincent Paindavoine, vigneron au demeurant, a repris les parcelles de la Côte de Nuits, suite à un entretien d’embauche avec les différents responsables… de l’Hôpital. Il est donc le salarié d’un établissement de santé (ne dit-on pas qu’un verre de vin par jour est salutaire ?) et cela se voit sur l’en-tête de sa fiche de paie ! « Ma femme est psychologue… Nous avons le même employeur », remarque-t-il, amusé.

Un pari risqué

Et en effet, le cas est rare d’un hôpital qui prend le risque de gérer directement ses possessions. Un pari pluriséculaire parfois risqué qui n’a pas toujours été – du temps des ravages du phylloxéra, notamment – aussi lucratif qu’aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, les bénéfices permettent aujourd’hui à l’institution d’être pérenne dans un contexte autrement plus difficile pour les autres hôpitaux publics.


dsc_3898

Chaque jour, Vincent Paindavoine travaille donc pour obtenir les raisins les plus beaux et les plus goûteux, en liaison étroite avec le cahier des charges des Hospices décidé par le régisseur : « Il nous offre un regard extérieur bienvenu, cela nous permet de prendre un peu de hauteur sur notre travail ». Le régisseur apporte également ses compétences techniques, coordonne et forme au besoin les vignerons.

Sous la coupe du régisseur

Aujourd’hui, Ludivine Griveau (actuel régisseur du domaine des Hospices) continue sur le chemin tracé par Roland Masse du passage en bio des vignes. Un peu plus tôt, André Porcheret avait entamé un tournant décisif en signant l’arrêt des désherbants.  Chacun des 23 vignerons des Hospices est donc bien encadré – le régisseur décide par exemple de la date des vendanges après un relevé de maturité, des traitements à mettre en oeuvre, du travail du sol – mais seul aux vignes (excepté pour les vendanges pour lesquelles le vigneron recrute lui-même ses saisonniers).

Un challenge lorsqu’arrive la fin du printemps, « au moment de la pousse de la vigne », précise Vincent Paindavoine. Un moment clé où il faut savoir travailler suffisamment vite et minutieusement pour éviter les maladies. La direction du domaine préfère éviter les produits chimiques : « Nous sommes un Hôpital, nous devons être un exemple sanitaire », confirme le vigneron.

Dans l’ombre des vignes

dsc_3878

Obtenir un raisin parfaitement en forme, voilà la tâche délicate et fondamentale de chaque vigneron des Hospices de Beaune. Il donne ses retours au régisseur qui ensuite assumera les décisions techniques et culturales à prendre sur le domaine. Leur rôle est donc discret au demeurant : « Notre partie, ce sont les vignes. » Pas la vente aux enchères. Cependant, les vignerons des Hospices sont présents pour représenter leurs vins lors de la fameuse vente, le vendredi lors de la grande dégustation qui a lieu dans les caves des Hospices. Et puis le samedi, pour ouvrir les caves historiques de l’Hôtel Dieu, ici, on goûte – c’est un privilège réservé aux 200 premiers arrivés – les vins qui seront vendus le dimanche.

Rendez-vous le 25 novembre prochain et sur notre site pour en savoir plus sur le co-achat !

 

Le pouvoir d’attraction de la Fr@nce

Avec près de 40% de la surface des stands (selon le magazine Challenges), la France est le pays le mieux représenté du salon Vinexpo à Hong Kong. Son directeur général, Guillaume Deglise est d’ailleurs un Français.

DES MARQUES IDENTIFIABLES

Anima Vinum a présenté sa sélection l’Escargot vigneron, une sélection de vins fins de terroir produits par des vignerons récoltants. La mascotte rouge, Emile de son petit nom, a séduit un public asiatique vraisemblablement à la recherche de marques identifiables en Europe de l’Ouest.

CELEBRITES

Sur le stand Anima Vinum, de grands noms du vin au féminin sont venus rendre visite à l’équipe. La première est bien connue des Bourguignons puisque c’est la nouvelle régisseur des Hospices de Beaune, Ludivine Griveau.

IMG-20160525-WA0022

La seconde est journaliste pour le célèbre magazine anglais Wine Decanter, c’est Véronique De Freitas.

IMG-20160526-WA0012

Emile @u salon Vinexpo

2016-05-HongKong-affiche-vinexpo-plat

Go Emile, go ! Anima Vinum (Shengming jiu, en langue exotique), c’est un carré de terroir naturel sur de l’authentique béton chinois. Pour l’escargot vigneron, c’est un peu le nouveau monde.

A peine une journée d’acclimatation et hop, Emile saute déjà dans le grand bain. Ce mercredi, les portes de l’immense salon international s’ouvrent à des professionnels du vin venus des quatre coins du globe. Parmi eux, Chantal Li, chinoise de Tian Jin…

05-2016-HongKong-Vinexpo-équipe-2NB

Et pour promouvoir correctement l’art du bon goût, et séduire les papilles de Chantal, l’escargot-vigneron a emporté dans ses bagages nos partenaires bourguignons :  les domaines Desertaux-Ferrand, Escoffier, Jeanniard, Charles, Du Four Bassot, Masse, Dampt, et quelques Hospices de Beaune bien sûr.

Notre stand (pour ceux qui voudraient passer nous voir, c’est le P-Q11-5 / 3e niveau / Pavillon Bourgogne. Voilà. Oui celui à l’angle. Coucou ! )

2016-05-HongKong-stnd-anima-plan

Ici on déguste les terroirs de Meursault, Aloxe-Corton, Hautes Côtes de Beaune, de Mercurey, Rully, Chardonnay, de Chablis, de Pommard et quelques Premiers Crus comme le Montagny, un Beaune, voire un Corton Grand Cru.

Au total, près de 195 000 bouteilles devraient être débouchées sur ce salon.

La Bourgogne se serait sentie un peu seule sans ses élus. Patrick Ayache (11e vice-président, en charge des fonds européens et du contrat de plan, du tourisme, des relations internationales) est venu rendre visite à l’escargot. Il paraît qu’il aurait fort apprécié la gamme « haute-couture » d’Anima Vinum, Ex Professo.

05-2016-HongKong-Vinexpo-escargot-2NB

Côté marché asiatique, on dirait bien que l’escargot intéresse !

IMG-20160524-WA0018

Et … créée la file d’attente ..?

IMG-20160524-WA0011